23 janv. 2017

Hé ! Mademoiselle !, YATUU.


Hé ! Mademoiselle !

YATUU.


Edition : Delcourt.
96 pages.
15,50€


Résumé :

"Hé ! Mademoiselle ! T'es charmante. Tu m'donne ton 06 ?"

Version soft ou trash, tout y passe.
La drague de rue :
un phénomène de société dont les femmes se passeraient bien ! Cet album vous dira tout - avec humour - sur ceux qui la pratiquent ... et celles qui la subissent, l'esquivent, voire y répliquent !




Mon avis

J'avais entendu l'arrivé de cette bd il y a longtemps. Un jour je flânais dans le rayon BD à la Fnac dans l'intention de me trouver quelque chose de sympa. De sympa. Et je suis repartie avec cette bd dans les mains. 

Le soir-même je me suis installée sur le canapé, mon monsieur était assis à côté de moi, je lui ai donc demandé s'il voulait la lire avec moi. Il a accepté juste parce que je lui demandais sinon je ne pense pas qu'il aurait osé s'inviter à cette lecture. 
Je tenais donc l'ouvrage dans mes mains, les pages défilaient les unes après les autres. 
Le choc. 
Tandis que moi je riais ou souriais, mon monsieur lui soufflait, il faisait de gros yeux, il hallucinait. 
Clairement il était choqué.
Il ne comprenait pas ce qui était drôle je lui ai donc expliqué que je connaissais tous ces comportements de mecs pourris. Que j'avais aussi vécu ces dragues de rue donc les voir dessinées ici et écrites avec humour ça me faisait rire. J'étais passé au-delà du premier regard, j'étais passé au-delà de la situation elle-même, je lisais les pages comme une critique de cette société qui ne voit la femme seulement comme un objet sexuel qui doit accepter chacune des attitudes de ces hommes lorsqu'elle marche simplement dans la rue, lorsqu'elle prend simplement le bus, lorsqu'elle veut simplement regarder une poussière qu'elle a dans son œil, lorsqu'elle veut simplement envoyer un SMS, lorsqu'elle veut simplement vivre. 

Mais lui étant un homme - mais n'étant pas un homme pratiquant ce genre de chose ! - n'acceptait pas la situation. Il ne rigolait pas du tout, après en avoir discuté, sa pensé se transformait, je le voyais bien, il commençait à détester ce genre d'hommes. Il n'en avait jamais rencontré - ou du moins il n'avait surement jamais fait attention à eux - mais pour autant il commençait à les détester simplement parce qu'il ne reflètent pas l'idée qu'il a de ce que doit être un homme face aux femmes.

Je pense que cette bd devrait être lu par le plus grand nombre d'homme qui soit, sincèrement. Nous - les femmes - connaissons quasiment toutes ces situations, cette drague de rue mais les hommes eux, pas vraiment. Je m'en suis rendue compte avec mon monsieur justement. Il ne pensait pas que ça pouvait être "autant". Comment dire ? Ca lui a permit de prendre conscience - oui ça doit être cela - prendre conscience.




Les seins - les carnets secrets de Guillaume Bianco, Guillaume BIANCO.




Les seins - 1,
Les carnets secrets de Guillaume Bianco,
Guillaume BIANCO.


Edition : Delcourt - Shampooing.
192 pages.
9,95€


Résumé :

Mon avis

J'avais acheté cette petite bande dessinée lors des rencontres du 9ème art à Aix-en-Provence l'année dernière. Je l'avais acheté à ce moment-là car évidemment je suis allé la faire dédicacer par Monsieur Bianco qui était vraiment très sympa - même si je ne parle pas beaucoup, mon monsieur qui était venu avec moi a discuté pour deux, il faut avouer qu'il était un peu timide lui aussi ce jour-là !

Il s'agit ici d'une BD sur les seins. Ah Ah je ne vous annonce rien de très intéressant me direz-vous mais c'est le cas : une bande dessinée sur les seins. L'auteur est un homme et comme la plupart des hommes il apprécie très grandement cette partie du corps des femmes : les seins. Dans ce premier carnet nous avons un panel de sein, des filles aussi - ça va de soit
Monsieur Bianco nous retrace son histoire personnelle qu'il a face aux seins - après je ne lui ai pas demandé des détails afin d'en être certaine. Il évoque avec nous ces filles ou ces femmes qu'il se souvient et pour qui il a une petite anecdote à propos de leur seins. 
C'est vraiment très drôle, c'est frais et léger. J'ai beaucoup aimé ce premier volume. Je suis presque sure qu'il y a des femme qui seraient révoltées par rapport au sujet même de cette bd ou même par ce qu'il y a à l'intérieur mais moi j'ai passé un excellent moment. J'ai hâte de m'acheter le second carnet - et qui sait le faire dédicacer si j'en ai la possibilité.



Attaques répertoriées, Max BROOKS.

Attaques répertoriées,
Max BROOKS.
Illustrations d'Ibraim Roberson.


Edition : Le livre de poche.
144 pages.
5,30€


Résumé :

Ceux qui n'apprennent rien du passé sont condamnés à le répéter.

Depuis l'âge de pierre jusqu'à celui de l'information, les morts vivants ont menacé d'engloutir l'humanité. Ils arrivent. Ils ont faim.

N'attendez pas qu'ils vous surprennent ! 

Vous trouverez ici les principales attaques zombies recensées depuis l'aube de l'humanité. Dans la savane africaine, contre les légions romaines, e, haute mer avec Francis Drake... chaque civilisation à dû les affronter. Autant de leçons à méditer et à retenir.

Organisez-vous avant qu'ils se soulèvent.

Recueillies par le plus grand spécialiste mondial des zombies, ces Attaques répertoriées nous révèlent de quelle manière d'autres cultures ont fait face et survécu à cet immémorial fléau viral. Cette immersion dans les horreurs du passé permettra peut-être de nous préparer à celles de demain.

Mon avis :

J'ai acheté ce livre il y a très longtemps, le 30 novembre 2015 pour être exacte - j'ai retrouvé le ticket de caisse ! Il était donc grand temps de le dépoussiérer ! 

Il s'agit là d'une bande dessinée donc c'est un support que je lis plutôt vite - oui j'ai attendu plus d'un an pour me décider .. - donc la lecture a été rapide. 

Nous avons par ordre chronologique différentes attaques de zombies dans le monde et à travers les époques : la première date de 60 000 av J-C et la dernière de 1992. Nous découvrons les comportements des personnes face à ces créatures, comment ils les voient : de simples personnes qu'ils n'arrivent pas à tuer malgré les coup portés dans le thorax, des morts que l'on pourrait manger afin de ne pas mourir de froid mais qui se révèlent être encore en vie etc. Nous comprenons au fil des pages que même s'il y a eu de nombreuses attaques dans le monde et durant des périodes différentes, les civilisations ne sont pas pour autant aptes à faire face à ces hordes de zombies. De plus, la plupart des attaques sont cachées au peuple. 

Les dessins sont agréables, compréhensibles - et je peux vous dire que je suis extrêmement difficile lorsque je choisi une BD ou même un manga. C'est rapide, il n'y a que de l'action donc rien ne s'essouffle. C'est assez court mais je pense que plus n'aurait été que du remplissage. Les 144 pages se suffisent.

Si vous aimez tout ce qui attrait aux zombies, que vous appréciez les écrit de Max Brooks - World War Z notamment - alors laissez-vous tenté, c'est vraiment pas mal !


Nous allons mourir ce soir, Gillian FLYNN.

Nous allons mourir ce soir,
Gillian FLYNN.



Edition : Sonatine Editions.
60 pages.
7€



Résumé

"Quelqu'un vous ment. On dirait que vous allez devoir choisir à quelle histoire vous accordez votre foi. Qu'est-ce qui vous rassurerait le plus ?"

Mon avis :

J'ai repéré ce petit roman sur un pilier bien centré chez Cultura : ils en avaient déposé une bonne trentaine comme s'il s'agissait du livre à avoir en ce moment. La couverture est rigide et argentée, je n'ai donc pas pu la rater et évidemment j'ai été comme attirée. J'ai retourné le livre et ai lu la quatrième. J'ai de suite aimé ! Je l'ai lu à mon monsieur et il a dit que c'était plutôt intriguant - d'ailleurs il dit souvent ça lorsqu'il s'agit d'un résumé qui lui parle. J'ai regardé le prix : 7€. Bon OK on se laisse tenter et ainsi je découvrirai cet auteur que je connais de nom mais que je n'avais jamais lu auparavant.

Il y a quelques jours allez savoir pourquoi je me suis enfin remise à lire ! Mais pas un ou deux livres - NON - sept livres ! Oui, oui sept ! Et ce court roman en fait parti et qu'est-ce que j'en suis heureuse ! Ces derniers temps je lis à voix haute, ainsi je partage ma lecture avec mon monsieur. Ce jour donc je lui ai demandé s'il était prêt car j'allais lire un livre. Il l'était. Je commence toujours la première phrase d'abord dans ma tête comme pour me donner le ton et là il y a comme un léger souci : "Si j'ai cessé de branler des mecs [- euh comment je vais lui lire ça à voix haute moi ? -] [...] J'ai cessé de branler des mecs parce que j'étais la meilleure." Je l'ai donc prévenu que c'était un peu étrange comme début et j'ai commencé à lire. Il a fait de gros yeux - lui aussi ne semblait pas trop comprendre le rapport avec la quatrième à ce moment-là .. et il n'y en a pas vraiment pour vous rassurer ! Ainsi j'ai lu les soixante pages que nous offre Gillian Flynn. Il n'y a aucun chapitre, tout est écrit à la suite. C'est plutôt dense mais écrit agréablement. J'ai lu ces soixante pages d'une traite. 

Au début donc nous découvrons la narratrice - quel est son nom ? - qui nous parle plutôt crûment. On comprend quel est son métier, mais voilà elle commence à avoir son canal carpien qui lui pose problème ainsi ses "branlettes" la font assez souffrir. Elle va donc se reconvertir en voyante. Elle continuera son ancien boulot pour ses clients préférés et donne donc de belles paroles à ses nouveaux clients. Un jour une certaine Susan va payer ses services. Mais voilà, cette femme est une personne intelligente - ressentiment de notre narratrice - et il semble donc plus difficile de lui raconter tout et n'importe quoi. Pour autant Susan revient, plusieurs semaines, plusieurs jours à la suite. Susan va expliquer qu'elle pense qu'il y a un souci avec son nouveau logement et que cela se répercute sur le comportement de son fils, elle demande donc de l'aide à notre narratrice - qui va ainsi passer de voyante à purificatrice de maison hantée
Ainsi durant ces quelques pages vous allez principalement suivre notre narratrice, Susan et son fils Miles
Sincèrement, j'ai adoré ce court roman ! 
Il y a vaguement une histoire de maison hantée - c'est réellement à partir de là que j'ai apprécié ma lecture - il y a du suspens, l'auteur vous fait douter, vous hésitez puis vous n'êtes plus sur de rien ! A un moment dans ma lecture il y avait une photo de mariage. Directement j'ai arrêté de lire et j'ai dit à mon monsieur : "AAhhh attends tu vas voir que ... Mais si tu te rappel lui ? A coup sur tu vas voir que c'est ça !" et la ligne suivante c'était bel et bien ça MAIS la page d'après révélation c'est peut-être pas du tout ça ! C'était haletant, c'était vraiment top. Depuis très longtemps un récit ne m'avais surpris ainsi !
La quatrième est une citation que l'on retrouve à la fin de l'histoire et - mais quelle horreur - c'est exactement ça ! On ne sait plus qui croire, que croire, on s'invente une suite mais on ne sait pas vraiment car on hésite toujours sur la version que l'on a décidé de croire. Vous suivez ? 

En résumé, si vous avez une heure ou deux devant vous, que vous ne voulez pas vous plonger dans un roman de 500 pages, que vous voulez quelque chose de court, que vous pourrez lire d'une traite sans vous ennuyer et qui, de plus, pourra vous surprendre - et accessoirement 7€ à dépenser - alors foncez pour ce Gillian Flynn !



20 mai 2016

En dédicace .. Et vous alors ?

 Agnès Martin-Lugand en dédicace à Marseille - 2016.


Qui êtes-vous lorsque vous vous rendez à une dédicace ?

Un dédicace est un moment particulier, personnel mais aussi ordinaire. C'est un instant que chacun vit différemment, notre caractère y joue pour beaucoup. J'ai décidé de parler avec vous de ces lecteurs à travers ces quelques lignes juste pour savoir si, comme moi, vous vous êtes fait ces réflexions.

Tout d'abord on retrouve toujours ces personnes tout a fait naturelles qui n'ont aucun souci pour parler avec de total inconnus - parce qu'il faut se l'avouer, ce n'est pas parce que l'on a lu tous les romans d'un auteur qu'on le connait personnellement ! Ces personnes-là font la queue comme tout le monde, elles discutent avec leur voisin, échangent leur ressenti à propos de ce titre ou encore de celui-ci. Arrivé à leur tour c'est tout naturellement que ce genre d'individu va commencer à parler très aisément avec l'auteur comme si plus personne ne les entouraient, comme s'ils étaient dans une bulle qui paraît bien confortable.

Puis il y a les personnes que je pourrais décrire comme "Les Incrusteurs" parce que oui à certaines dédicaces il y a ces personnes qui nous agacent ! Et je parle en connaissance de cause. Il y a ces personnes qui passent devant tout le monde pour écouter la conversation qu'a le duo auteur/lecteur. Cette personne s'incruste littéralement dans le moment qui est destiné à ce lecteur et cet Incrusteur commence à parler, à échanger avec l'auteur et puis vient le moment où il prend plus de place que la personne qui se trouvait face à cette table, ce lecteur qui du coup pourrait repartir déçu de cette dédicace.

On retrouve les Indifférents, ces lecteurs qui ne semblent même pas être des lecteurs, ils viennent, posent leur livre devant l'auteur et se le font dédicacer. Bref c'est rapide, expéditif et je ne pense pas que ce soit un très bon souvenir pour l'auteur en question ! 

Avez-vous déjà vu ces gens qui ne lisent pas mais qui sont quand même là à faire la queue auprès de vous ? On repère toujours cette catégorie-là. En même temps ce n'est pas difficile il y a souvent le fils ou la fille ou encore le conjoint qui dit bien haut et fort "Mais à quoi ça sert tu ne connais même pas cette personne !" ou encore "Mais tu ne lis pas on peut aller voir les dvd maintenant ?" J'ai beau avoir prit du temps à y réfléchir je ne comprends pas cette catégorie de 'lecteur'. A quoi bon dépenser votre temps et bien-sur votre argent alors que vous ne lirez jamais ce livre ? Et le summum c'est lorsqu'on a bien comprit que vous ne lisiez pas vraiment de romans à vos heures perdues et que l'on vous voit prendre un second tome dans les rayons parce que c'est l'auteure qui est en dédicace et que ce titre est en grand format - le précédent n'est disponible qu'en poche ce jour-là évidemment - alors c'est sur ça 'fait bien' mais bon c'est un tome deux quand même. Il y a eu tout un roman avant celui-ci.. 

Et pour finir il y a les grands timides. Je pense faire parti de cette catégorie qui n'est pas vraiment très bien placée dans ce top mais il faut bien se l'avouer. Alors là vous avez affaire à un lecteur qui à première vue fait parti de la catégorie des indifférents mais si vous pensez que ça en est un alors vous faites une grave erreur ! Hé oui ce lecteur a envie d'échanger avec l'auteur, il a envie de discuter de tout ce qu'il a ressenti à travers ces nombreuses pages, il a envie d'encourager l'auteur de lui dire qu'il est impatient de découvrir de nouveaux personnages, de retrouver sa plume etc mais non sa bouche résiste, elle ne laissera aucun mot s'échapper hormis le stricte minimum "Bonjour .... Cindy : C I N D Y ..... Merci, bonne fin de journée". Et voilà, votre dédicace a durée une minute pas plus, vous étiez surexcité à l'idée de rencontrer cet auteur et finalement votre timidité vous a empêché de vivre un moment extraordinaire. Mais qui sait, un jour peut-être cette timidité se taira le temps d'une dédicace...

Je suis certaine d'oublier plusieurs catégories mais rafraîchissez-moi la mémoire et je les ajouterais ! 

Et vous alors, quelle personne êtes vous face à un auteur ?

Nous pourrions aisément inverser les rôles et s'imaginer ce que les auteurs pensent de chaque lecteur qu'il retrouve face à lui à chacune de ses dédicace.. On passerait un bon moment je pense !